Bergen, la montagneuse… (Norvège)

Bergen, la montagneuse… (Norvège)

Bergen, la montagneuse… (Norvège)

L’une de mes plus belles claques nordiques !
Autant le dire tout de go !
Entre féerie, trolls et consonances nordiques, il a toujours semblé à la petite Lynda que ces contrées lointaines devaient être peuplées d’âmes dont le cœur avait fini par pâtir des circonstances montagneuses nivéennes et glacées.
Quelle erreur ! De mémoire de femme, je n’ai jamais vu autant d’êtres se précipiter pour indiquer le chemin à un touriste perdu, de têtes blondes prêtes à vous prendre en stop avec jovialité ou, à tout le moins, dans le calme olympien qui caractérise le comportement de la majorité des Norvégiens…
Des petites maisons en bois colorées (souvent en rouge) aux sublimes fjords, en passant par la verdoyance de montagnes pas farouches, rien de ce que mes mirettes reflétaient ne m’était hostile ! Tout, absolument tout, de cette contrée de l’ouest norvégien me remplit les yeux et le cœur. Une promesse à elle toute seule.
Mais pour l’heure, après avoir trouvé le moyen de transport (tram partant de l’aéroport (descendre pour trouver la station)) vers Bergen-centre où hôtels et boutiques – pas vraiment typiques – se côtoient.

Je dépose bagage dans l’un des premiers et flâne le long des secondes. Me munissant de quelques centaines de couronnes norvégiennes, j’en découvre la valeur et le taux de change (comme dans chaque pays où je me rends car rien ne vaut la joie de payer en espèces, à plus forte raison, en ces temps où tout est fait pour les faire disparaître).
Balade au marché aux poissons, repas délicieux à base de produits de la mer extrêmement frais et goûtus rythment cette première journée.

Au lendemain, un petit saut à l’Office du Tourisme me permet d’acquérir cartes et informations sur les attraits les plus incontournables de la région sans pour autant céder aux sirènes hurlantes des excursions entièrement organisées par qui de droit.

Il ne fait aucun doute que les prochains jours battront leur plein de découvertes : funiculaire et panorama époustouflant, balades dans des parcs où animaux et végétaux s’épanouissent comme à l’aube du monde avant la mainmise humaine, croisière en fjords,tout m’appelle et m’apaise.

Le clou de ce spectacle fut pour moi une interaction humaine : un soir, alors que mon portefeuille contenant passeport, espèces, cartes, fut oublié dans le dernier bus (ligne 90) me ramenant à la ferme-chambres d’hôtes où je louai pour une nuit une chambre feutrée, campagnarde et confortable à souhait, la propriétaire des lieux me rassura au mieux et se mit, m’emmenant dans son propre véhicule, en course-poursuite du bus où était demeuré, pour la première fois de mon existence, le Saint-Graal sans lequel je ne pouvais rentrer en Belgique (après tout, n’aurait-ce pas été préférable de rester dans ce pays sublime ;-)? ). Il finit par être retrouvé auprès du chauffeur de bus à qui un citoyen bienveillant l’avait remis depuis ma descente à l’arrêt.

Je me répands en remerciements et en GRATITUDE et promets à ces êtres divinement serviables que sont les tenanciers du « SOLNESET GARD » de Bergen, de revenir les bras chargés du fruit de ma gratitude infinie pour cette course nocturne que l’épouse n’était nullement tenue de mener.

J’y reviendrai, assurément, outre cette reconnaissance, pour me gargariser pleinement de cette brume matinale sur les vallées norvégiennes. Mon choix temporel se porte sur la période de fêtes de fin d’année. Les boutiques logées dans des ruelles perpendiculaires aux axes principaux regorgent, en temps normal, de décorations chaleureuses, je ne peux donc que supputer le caractère lumineusement festif de ces sentes nordiques aux périodes dites de fêtes.
A voir, absolument !

Merci, Bergen et merci à tes habitants.

Lynda
Lynda
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *