Croissance en Conscience…

Croissance en Conscience…

Croissance en Conscience…

Ce soir, je me sens en droit de partager quelques lectures qui m’ont, pour ainsi dire, ouvert un troisième œil, il y a de cela quelque cinq années.
En effet, bien que j’aie débuté une introspection voilà une dizaine de printemps à la lumière de constats affolants – consumérisme effréné, injustices notoires, « métro-boulot-dodo-conso » insensé et assassin d’âmes, les substantielles leçons que j’ai véritablement implémentées dans mon quotidien ne l’ont été qu’au tournant de l’année 2014.
Ainsi, « Les quatre accords toltèques » de Don Miguel Ruiz, « Rompre avec soi-même » de Joe Dispenza, entre autres lectures passionnées, m’ont permis, à contrario, de dépassionner ce qui pouvait s’apparenter à une forme de rébellion pacifique en mon for intérieur. J’ai, activement, mis en place les conseils de ces « Sages » (mais je ne rendrais pas justice à toutes les personnes – rencontrées lors de pérégrinations en solo à travers le monde – qui ont contribué de près ou de loin à secouer mes convictions les plus ancrées, éveiller mes engourdissements de bonne petite citoyenne, si je ne les évoquais pas dans l’un de mes prochains « partages décrochés »).
En parallèle à la reconquête de mon Pouvoir, de ma Souveraineté sur un plan spirituel, je décidai de mener, en toute cohérence, une reprise de pouvoir sur un plan pragmatique, notamment, en jardinant tant que faire se pouvait, en récupérant de vieux matériaux pour leur redonner un souffle nouveau, en questionnant au quotidien mes actions : Ont-elles encore un sens ? Comment puis-je apporter plus d’Authenticité et de Conscience à mes actions, mes silences ? …
Aussi doucement que sûrement, je me mis à défaire les nœuds de mon existence dont je n’avais même pas conscience et le fil d’Ariane que j’avais alors tiré ne semblait plus avoir de fin.
Plus concrètement, j’appliquais, même lorsqu’émotionnellement c’était éprouvant, les accords toltèques et principes de vie préconisés par autant de sages conceptions du « monde » et de la « réalité », quoiqu’il se cache en filigrane de ces notions trop galvaudées qui semblent faire l’unanimité mais qui, à bien y regarder, ne peuvent être entendues d’une seule oreille. Comme disait déjà Saint-Augustin à propos de l’espace « Si personne ne me pose la question, je sais; si quelqu’un me pose la question et que je veuille expliquer, je ne sais plus… »
Ainsi, dès que le petit vélo cérébral se met en branle, l’œil du matin à peine entr’ouvert , je dis « STOP » à mes pensées scénaristes de mésaventures à venir ou de souvenirs non moins anxiogènes… Je court-circuite, de la sorte, depuis des années l’ensemble des idées qui auraient pu débouler telles une avalanche depuis la montagne de mon inconscient et donner une coloration terne à mes jours sans que la vallée de mon conscient n’ait eu son mot à dire.
Quel soulagement de ne plus prêter le flanc à ma propre critique ! Quel soulagement de prendre mon mental frénétique à revers dès potron-jacquet !
En appliquant, par ailleurs, le premier accord toltèque qui consiste à tenir un langage impeccable, je m’évertue de plus en plus à faire place neuve aussi bien dans mon environnement interne que dans mon environnement externe. En effet, si je veux évoluer dans mon rapport à moi, au monde et aux autres – qui ne sont jamais qu’un miroir tendu pour mieux m’observer -, il faut pouvoir faire place nette et trier quelque peu le lot de mes relations, fussent-elles innées (famille sensu stricto ou ceux que l’on nomme pompeusement « proches ») ou acquises (environnement culturel, amical, académique, professionnel…). Cela permet de canaliser mon énergie sur la nouvelle personne que je désire devenir sans pour autant avoir à graviter autour des mêmes individus aux sempiternels mêmes discours critiques et abortifs. Il me fallait trouver le courage de retenir mon élan, ma propension à répondre de la même façon aux mêmes personnages de ma vie… Dans un premier temps, il est vrai que cela tient davantage de l’effort mais au fil du temps, le nouveau mode de fonctionnement, essentiellement basé sur le silence, s’ancre et le tri dans les relations interpersonnelles s’effectue sans grande implication énergétique. Au contraire, de ne plus m’adonner à l’écoute nerveuse de méchancetés en tous genres, de frustrations à peine voilées, de magie noire qui ne se dit pas, m’a permis de dégager une quantité d’Adénosine TriPhosphate (un petit passé académique en faculté de médecine justifie la connaissance de l’ATP comme source d’énergie corporelle) incommensurable que j’ai pu, très tôt, mobilisée au bénéfice de causes plus nobles et plus floribondes: l’écoute de mon semblable sans jugement, les visualisations créatrices sublimes, la créativité, l’inspiration, le voyage, les cursus universitaires suivis de plein gré, les services aux plus défavorisés, le sourire, la joie, simplement la JOIE.

Par ailleurs, me restreindre, pour nourrir ce blog, à une seule thématique, celle de la rénovation ou de l’auto-suffisance, ne serait pas justifié dans ma démarche holistique. Je suis tant une amoureuse invétérée du voyage, une férue inconditionnelle de l’écriture, de la lecture, qui ne se contente que très occasionnellement des apparences…
J’ai, donc, à cœur la tenue régulière d’un blog multi-facettes à l’image de la harpe de ma vie aux cordes infinies et à la musique mélodieuse et harmonieuse lorsque je m’adonne à tout ce qui embaume mon cœur de Joie, de Complétude, de Lumière. Ainsi, aucune de mes cordes n’est laissée trop longtemps en jachère. Chacune trouve à s’exprimer tôt ou tard.
Quel Bonheur d’exprimer SA DIVINITE, son rapport à SOI et à LA NATURE par le truchement de mille et un plaisirs.

D’aucuns conseillent de réduire la thématique d’un blog à une ligne éditoriale, une spécialité, une caractéristique, un talent, un sujet de partage! Mais quid si, après mûre réflexion, aucune de ces « spécialités » ne prévaut sur une autre et si toutes concourent à ma complétude ?
C’est forte de ce questionnement que j’aie finalement décidé des diverses catégories d’articles, d’échange à mettre en place sur cet humble blog, lesquelles catégories sont susceptibles de modifications avec les jours, les mois, les années, avec les passions qui vont, qui viennent, avec les apprentissages qui se font et se défont , au gré des rencontres, des opportunités, des tribulations et autres « joyeusetés ».

J’aurais encore tant à partager quant aux « petites actions » mises en place qui ont radicalement alchimisé mes schèmes erronés hérités d’une vie trop conditionnée (depuis la prime enfance) en merveilleuses opportunités de questionner les évidences pour réaliser la divinité qui sommeille en moi – et en chacun de nous -, mais il faut pouvoir raison garder et ne pas lutter contre les signes d’endormissement du corps (je n’écris, en effet, plus que d’une main et d’un œil)… « Etre à l’écoute de son corps », voilà qui mériterait un article à part entière mais pour celui-là, je vous donne rendez-vous dans la catégorie « Bien-être » de votre blog préféré.

Bienvenue, donc, sur le blog d’une jeune femme, d’une harpe aux mille cordes qui tente de jouer, au plus harmonieux, sa partition divine…

Plein d’Amour et de Lumière dans vos cœurs.

Lynda
Lynda
Partager:

1 Commentaire

  1. THÉO
    18 décembre 2019 / 23h07

    Encore un article lumineux. Un bonheur de vous lire en ces temps de fêtes. D’infinies gratitudes pour ce beau partage.
    Au plaisir de vous lire chrysalynd.

Laisser un commentaire